Henry Darger, ordre et chaos

Henry Darger, The Battle of Calverhine, 1920-1930, 93.5x297cm, papiers imprimés collés, crayon, aquarelle, vernis

Henry Darger, The Battle of Calverhine, 1920-1930, 93.5x297cm, papiers imprimés collés, crayon, aquarelle, vernis

en espagnol

L’exposition de la donation de dessins d’Henry Darger faite au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris est hélas terminée depuis le 11 octobre. Ayant vu le travail de Darger à la Maison Rouge en 2006, mais aussi à Lausanne, Villeneuve d’Ascq et ailleurs, ayant été émerveillé, séduit et troublé, j’apprécie aujourd’hui cette approche (encore plus évidente dans le catalogue du MAMVP, dont on peut seulement regretter le format peu approprié à la reproduction de ses grands panoramas, excepté celui ci-dessus) plus scientifique, plus analytique, moins sentimentale de son oeuvre, en particulier dans les textes de la commissaire Choghakate Kazarian.

Henry Darger, divers drapeaux

Henry Darger, divers drapeaux

Une des lignes de force (parmi d’autres, plus religieuses ou psychanalytiques) du travail de Darger me semble être cette opposition entre ordre et chaos. Du côté de l’ordre, sa manie collectionneuse et organisatrice, ses portraits de généraux, ses nombreux drapeaux, les cartes dont son oeuvre est pleine, sa typologie minutieuse des Blengins, et, en général, tous les codes dont il parsème sa description du monde, ainsi que la composition rigoureuse de ses grandes scènes guerrières. J’y ajouterai son catholicisme rigoureux et sa passion obsessionnelle pour la météo, domaine où l’ordre classificateur tente de décrire la nature.

Henry Darger, At Jennie Richee again escape (détail), 1930-1940

Henry Darger, At Jennie Richee again escape (détail), 1930-1940

Mais bien sûr le chaos prédomine la plupart du temps, les ruines, les catastrophes, les scènes de violence monstrueuse, « étranglement, éviscération, éventrement, démembrement, crucifixion » (mais jamais de viol, la sexualité est clairement off-limits), cette fascination (toute catholique elle aussi) pour le martyre, cette séduction du traumatisme (même si on voit ici aussi des tableaux des années 60, plus apaisés), et, dès l’enfance, sa fascination pour les incendies.

Henry Darger, at battle of Mc Hollester Run. they make a daring escape down a long 250 foot rofe though fired on from far below by merciless Glandelinian soldiery. Though the small windows have bars this was no prison, 1930-1940, 122.3x48.7cm

Henry Darger, at battle of Mc Hollester Run. they make a daring escape down a long 250 foot rofe though fired on from far below by merciless Glandelinian soldiery. Though the small windows have bars this was no prison, 1930-1940, 122.3×48.7cm, reports au papier carbone, crayon graphite, aquarelle et gouache sur deux feuilles de papier vélin

Un autre élément qui ressort, sinon de l’exposition, en tout cas du catalogue, est la dualité privé/public : cette oeuvre conçue en secret et jamais dévoilée, est découverte par les Lerner (qui, par ailleurs, « aseptisent » sa chambre), divulguée (malgré leurs états d’âme, paraît-il, voir p.9), puis partiellement démembrée par eux et mise en vente par bribes, feuille à feuille, en soumission aux lois du marché. C’est certes le propre de l’art brut, mais cette dichotomie est ici particulièrement vivace. Notons enfin le texte de Michael Bonesteel qui met l’accent sur Darger l’écrivain, trop souvent relégué au second plan à cause de la force de ses images : Darger a écrit le plus long roman de langue anglaise (15000 + 8000 pages). Et une petite surprise cachée au détour d’une notule, p.234 : de son vivant, Darger aurait fréquenté, et aurait été révéré par un gang révolutionnaire porto-ricain de Chicago, les Young Lords, équivalent hispanique des Black Panthers. Étrange…

Voir ce film.

Photo 3 de l’auteur. Photos 1 & 4 (c) Eric Emo / MAMVP / Roger-Viollet
Toutes oeuvres (c) Kiyoko Lerner / ADAGP

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s