Un trou dans la carte du monde (Mathieu Pernot)

Mathieur Pernot, La Santé, 2015

en espagnol

Avant qu’elle ne soit démolie (et rebâtie), Mathieu Pernot est allé explorer la prison de la Santé, vidée de ses prisonniers et sur le point de disparaïtre (au 104 jusqu’au 6 janvier, veille du jour où la nouvelle Prison de la Santé va, si on ose dire, « ouvrir ses portes« ). On l’avait déjà vu à l’oeuvre sur d’autres lieux désaffectés, hôpital psychiatrique (autre lieu de contention, j’en parlais ici) ou immeubles d’habitation (à Barcelone aussi), et on connait ausi son goût de la démolition, de l’implosion;  il avait déjà exploré l’univers carcéral, et les portes des cellules, mais aussi la prison vue de l’extérieur, avec ses Hurleurs. On est donc à la Santé, en terrain balisé (où flotte l’ombre de Michel Foucault …). La Santé avait une double architecture, panoptique (régime pennsylvanien, lis-je sur un cartel) pour les détenus en isolement, et trapézoïdale (régime auburnien) pour ceux autorisés à travailler en groupes. Pernot démonte ces architectures pour nous par de grandes photos symétrisées, perspectivales, des coursives aux teints gris, roses, bleutés. Il dévoile ainsi l’adéquation entre forme et objectif, telle que dessinée par les architectes de la prison : l’homme prisonnier est défini par l’espace qui le contraint.

Mathieur Pernot, La Santé, 2015

La prison est une lutte constante entre dominant et dominé, entre maton et prisonnier, entre ordre et rébellion, et cette lutte se traduit en formes, en plans, en décors, en modes d’habitat. Si c’est l’administration pénitentiaire qui impose l’architecture de la prison, c’est le détenu qui décore sa cellule, dans une certaine forme de liberté. Mathieu Pernot reconstitue la décoration de plusieurs de ces cellules : femmes nues, bagnoles, joueurs de football, publicités pour des montres de luxe, images religieuses musulmanes ou chrétiennes, graffitis et slogans sur les murs. Ces prélèvements recréent tout un imaginaire qui, parfois, donne un indice sur le détenu (comme des paysages montagnards corses), mais le plus souvent n’est qu’une tentative de personnalisation de l’espace propre à partir d’éléments anonymes et conformistes.

Mathieur Pernot, La Santé, 2015

L’amateur d’art est heureux de retrouver ici ou là un Nattier, un Vouet ou un van Gogh, références avec lesquelles il est plus familier (et si j’étais prisonnier, comment décorerais-je ma cellule, comment m’approprierais-je l’espace ?). Les acteurs, graveurs (graffeurs), colleurs, agrafeurs ne sont plus là, seules subsistent ces infimes traces de leur existence, de leurs goûts, de leurs désirs, de leurs frustrations; traces qui vont être détruites (et c’est un autre volet de l’exposition, où l’artiste répare certaines images brisées) et qui se trouvent ainsi miraculeusement préservées dans l’image, par l’image.

Mathieur Pernot, La Santé, 2015

Le point de rencontre entre ces deux volontés, celle, dominante, de l’administration, et celle, rebelle, du détenu, est la porte de la cellule, frontière symbolique, protection dérisoire. C’est sur elle que certains détenus ont affiché des cartes, de France, du monde ou, ironiquement, de la série Liberty City : cartes de rêve, cartes d’un voyage imaginaire, cartes d’évasion, la seule possible. Et comme cette porte comporte un oeilleton par lequel le gardien peut observer l’intérieur de la cellule, la carte collée là doit être trouée. Et, pour moi, ce trou dans le monde fut la révélation de cette exposition, non pas tant un trou noir où tout se perdrait, qu’un lieu obscur d’affrontement entre deux mondes.

Catalogue avec beaucoup de reproductions, mais quasiment sans textes.

Photos de l’auteur, excepté la première. Toutes (c) Mathieu Pernot.

Publicités

Une réflexion sur “Un trou dans la carte du monde (Mathieu Pernot)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s