Malgré lui (Jorge Molder)

Jorge Molder, série Malgré lui, 2019, 151x105cm

En espagnol

La petite exposition de Jorge Molder, à la galerie Bernard Bouche (jusqu’au 19 octobre; l’exposition était précédemment à Luxembourg), comprend une douzaine de photographies qui, certes, représentent le visage de l’artiste, mais qui ne sont nullement des portraits, peut-être seulement des autoreprésentations, quasiment des antiportraits. L’artiste prend ici les traits d’un halluciné, d’un revenant. Mal rasé, la peau piquetée, les yeux fixes, son visage est déformé, flou, instable, insaisissable.

Jorge Molder, série Malgré lui, 2019, 151x105cm

Sur un fond noir intense, en très gros plan (sauf deux photographies où sa tête semble flotter dans cette mer sombre), il joue toute une série d’expressions, comme un acteur : ici rusé, là hébété, ailleurs stupéfait.

Jorge Molder, série Malgré lui, 2019, 151x105cm

C’est là une exploration de nos profondeurs insondables, de nos émois cachés, de nos angoisses secrètes. C’est ausi une attente, sereine mais consciente, du jour où, dit-il, ces masques cesseront de bouger, car le temps a « l’effronterie de donner du sens à tout ce qui tôt ou tard disparaîtra. » Une série plus spectrale que les précédentes, plus mortifère aussi, peut-être.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s