Le flipper situationniste (Jacqueline de Jong)

Jacqueline de Jong, Same Players Shoot Again, vu d’exposition Treize, décembre 2020

en espagnol  

L’exposition de Jacqueline de Jong au Stedelijk à Amsterdam en 2019 avait beau être titrée « Pinball Wizard« , on ne pouvait pas y jouer au flipper dans les salles du musée. Alors qu’à Paris, jusqu’au 16 janvier, une plus petite exposition de Jacqueline de Jong dans ce centre d’art parisien (qui fut déprogrammée deux fois cette année pour cause de confinement) vous offre la possibilité de jouer à ce que, dans mes années de lycée pré-anglicisation, on nommait la babasse. D’une part, c’est un jeu à la fois souple et brutal, érotique et violent, orgasmique dit-elle (faire tilt …), et un jeu historiquement semi-clandestin, où on joue contre l’appareil. Mais, et c’est aussi cet aspect là qui intéresse Jacqueline de Jong, c’est un jeu topologique : mes vieux souvenirs de maths se réveillent un peu, et je saisis bien l’intérêt que les Situationnistes trouvaient à la topologie, qui préserve la structure malgré les déformations et ne prend en compte que les limites et non les formes. L’artiste, dans une petite vidéo de VPRO datant de sa trentaine, cite le pénis comme objet topologique idéal, adoptant des formes (et des rôles) différents selon les situations, avec un volume et un aspect changeant. Dans The Situationist Times, la revue graphique, colorée, inventive, encyclopédique (tout le contraire du lugubre bulletin de l’IS) que Jacqueline de Jong édita aprés son départ de l’IS, trois numéros furent consacrés à des motifs topologiques, le noeud, le labyrinthe et l’anneau; mais le numéro 7 prévu sur le flipper ne sortit jamais.

Jacqueline de Jong, The pain is beautiful, série Chroniques d’Amsterdam, 1971, peinture sur toile, celluloid, bois, charnières en métal

À part y jouer au flipper (un Gottlieb Jungle Queen de 1977), dans une ambiance joyeuse, l’intérêt principal de cette exposition est qu’elle reprend donc les documents, lettres, photographies et dessins qui devaient composer ce numéro 7 sur les flippers. Le flipper est vu comme un espace dans lequel la balle va dériver, une situation qu’elle va transformer. C’est la découverte de cet ordinateur jouet, fonctionnant lui aussi avec des billes et des clapets, mais à des fins plus scientifiques, qui rappela à Jacqueline de Jong l’existence de cette documentation oubliée dans un cageot, qui fut d’abord montrée à Oslo en 2017 (puis à Malmö, Silkeborg, et au Stedelijk avant d’arriver à Paris). L’exposition montre aussi d’autres oeuvres de Jacqueline de Jong, sérigraphies Pinball Wizard (l’une au mur du fond sur la photo ci-dessus), tableaux, affiche de Mai 68, et ce tableau valise des Chroniques d’Amsterdam. Avec la revue sont présentées ici des vidéos d’entretiens (visibles ici) de Ellef Prestsaeter (auteur de ce livre de référence sur le sujet; introduction) avec l’artiste feuilletant et commentant les six numéros, sous l’égide du Scandinavian Institute for Computational Vandalism (lequel avait été fondé par Asger Jorn).

Jacqueline de Jong, Entretien avec Gallien Déjean, Aware / Manuella éditions, 2020

Vient de sortir un excellent livre d’entretien de Gallien Déjean avec Jacqueline de Jong (à l’occasion de son prix Aware; 128 pages, dont une quarantaine d’illustrations, 15€). Gallien Déjean, qui est un des quatre commissaires de cette exposition, y interroge longuement Jacqueline de Jong sur sa vie, qui fut assez mouvementée dès son enfance et toujours plutôt bohème (la « baronne gitane« ), avec une constante volonté d’autonomie et une créativité débordante. Il l’a fait parler de son art, un peu de ses idées esthétiques (« Je n’étais pas une grande philosophe quand je peignais », p. 58), et beaucoup, et fort bien, de l’énergie de ses tableaux, du mouvement qui les anime et de son inspiration. Le livre étant édité par Aware, il tente aussi de la faire parler de son intérêt pour le féminisme, mais sans grand succès : toujours aussi libre, celle que Restany qualifiait de « la petite situ » (p.60), répond avec sa franchise habituelle : « À l’époque, pas vraiment … Du point de vue artistique, j’avais tendance à me méfier de la forme de narcissisme que pouvait induire le féminisme, que je trouvais emmerdante » (p. 63), disant s’affirmer, lutter en tant qu’artiste et non en tant que femme. Et (page 31), elle dément tout « relent sexiste » chez Guy Debord. Livre donc très intéressant, mais avec une petite bizarrerie : il comprend 145 notes de bas de pages, certaines sont très utiles et instructives, mais quand on lit, par exemple, une information aussi utile que « note 10 : Pierre Soulages (né en 1919), peintre, graveur et sculpteur français » (ou idem pour Dubuffet, César, Michaux, Ernst, etc.), on sourit.

Photos 1 & 2 de l’auteur