La magie Sudek

Josef Sudek, Sans titre (Nature morte sur le rebord de la fenêtre) 1951. Montage par le photographe vers 1960. Deux épreuves gélatino-argentique, plaque de verre, plomb, 48,2 × 39,2 cm. Musée des arts décoratifs, Prague.

Josef Sudek, Sans titre (Nature morte sur le rebord de la fenêtre)
1951. Montage par le photographe vers 1960. Deux épreuves gélatino-argentique, plaque de verre, plomb, 48,2 × 39,2 cm.
Musée des arts décoratifs, Prague.

en espagnol

Cette exposition sur Josef Sudek (au Jeu de Paume jusqu’au 25 septembre) commence par une surprise un peu décevante : jusqu’en 1940, le travail de Sudek paraît plutôt fade, du pictorialisme assez banal, des jolis effets de lumière et de fumée, de nuages et de flou. Et puis, soudain, quand il atteint 45 ans, tout explose, et on se trouve devant une des plus grandes œuvres photographiques du siècle, que rien ne laissait présager. J’aurais aimé lire une analyse (ou un poème …) sur cette révélation tardive.

Josef Sudek La Fenêtre de mon atelier vers 1940–1948. Épreuve gélatino-argentique, 17 × 11,2 cm. Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Don anonyme, 2010.

Josef Sudek La Fenêtre de mon atelier
vers 1940–1948. Épreuve gélatino-argentique, 17 × 11,2 cm.
Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Don anonyme, 2010.

Et, face à cette magie de l’image, on ne comprend d’abord pas ce qui nous fascine : ce n’est pas la technique, ce n’est pas le sujet. Quoi de plus banal que de photographier le monde extérieur depuis sa fenêtre ? Et pourtant cette série-là est magique.

Josef Sudek, Prague pendant la nuit vers 1950–1959. Épreuve gélatino-argentique, 12,2 × 17,3 cm. Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Don anonyme, 2010.

Josef Sudek, Prague pendant la nuit
vers 1950–1959. Épreuve gélatino-argentique, 12,2 × 17,3 cm.
Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Don anonyme, 2010.

Quoi de plus simple que de photographier sa ville la nuit, en jouant de la lumière et de la brume ? Quand il le fait en 1918, c’est plat et fade; quand il le fait dans les années 50, on ne peut détacher les yeux de ces images.

Josef Sudek, Statue, 1948-1964. Épreuve gélatin-argentique, 9 × 14 cm. Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Don anonyme, 2010.

Josef Sudek, Statue, 1948-1964.
Épreuve gélatin-argentique, 9 × 14 cm.
Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Don anonyme, 2010.

Lui qui est manchot photographie avec émotion les arbres abîmés, la nature tourmentée, la pollution, et aussi une statue amputée. Il fait des essais pigmentaires, des compositions audacieuses, des panoramiques vertigineux, des objets composites étonnants (en haut).

Josef Sudek, Photo commerciale, vers 1930-1939. Epreuve gélqtino-qrgentiaue: Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Don anonyme, 2010.

Josef Sudek, Photo commerciale, vers 1930-1939. Epreuve gélqtino-qrgentiaue: Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Don anonyme, 2010.

Beaucoup de ses photographies commerciales sont abstractisantes, mais par dessus tout, ses photographies de verres transcendent l’objet, deviennent des images sans pesanteur, sans matérialité. Mais comment diable fait-il ?

Josef Sudek, Nature morte aux œufs et au verre, 1950-1954

Josef Sudek, Nature morte aux œufs et au verre, 1950-1954

Il faut y aller et y retourner pour se laisser pénétrer par cette magie incompréhensible (seule faiblesse de l’exposition, ses photographies couleur 6 mois avant sa mort, une simple anecdote, à mes yeux).

Toutes photos (c) Succession de Josef Sudek. Photos 1 á 4 courtesy du Jeu de Paume

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s